•   Foin de protubérances inférieures ce mois-ci, par souci d'équité, on va se repencher sur le sujet de la poitrine en couture en même temps que je me repenche sur le patron qui avait motivé la fin de cet article. J'y avais abordé la notion de bonnet et de high bust (qu'on peut traduire par dessus de poitrine ou buste supérieur sans altérer sa signification, j'utiliserai le deuxième terme pour que l'équivalence soit bien claire). La lecture de cet article demandant un peu de concentration, je vais essayer de rester synthétique en séparant l'article en deux parties, la première consacrée aux tailles de soutiens-gorge, et la seconde à la question du choix de taille des patrons en fonction des mesures du buste.

      1 - Prendre ses mesures

    Bonnet blanc & white cup
      De façon générale : en posture droite, les bras le long du corps, ni en expiration ni en inspiration complètes. Selon que les mesures serviront à choisir une taille de soutien-gorge ou une taille de vêtement, on pourra les prendre sans ou avec soutien-gorge.

      •Tour de buste supérieur : c'est la mesure du tour de buste au dessus de la poitrine, sans serrer, à l'endroit le plus étroit, ce qui nécessite de placer le mètre ruban de façon oblique, en passant sous les omoplates et au dessus des seins. En turquoise mes propres mensurations pour exemple, vérifiées et revérifiées avec port d'un soutien-gorge fin (ni rembourré ni coqué) puisque j'en porte quasiment toujours un sous mes habits (dans mon cas les mesures sans SG ne varient de toute façon pas beaucoup) :
    TBsup = 86cm   Avec le mètre ruban juste au dessus de l'attache du SG. Si le mètre ruban est juste sous les omoplates, il est de 89.

      •Tour de poitrine : à l'horizontale, à l'endroit le plus fort. TP = 91 

      •Tour de dos = Tour de dessous de poitrine : juste au niveau du pli inférieur du sein, à l'horizontale voire légèrement remonté dans le dos (cette mesure sert à calculer la longueur de la bande), légèrement serré (le ruban ne doit pas glisser).  Tdos = 76

      Deux autres mesures pourront s'avérer utile au moment de choisir une taille ou de comprendre une inadéquation de taille.

    Bonnet blanc & white cup (1/2)

      ⊕ Carrure devant, il y a deux écoles :
    - celle qui mesure horizontalement  d'un pli axillaire devant à l'autre (=pli d'accroche du bras au buste)
    - celle qui mesure horizontalement d'un milieu de la ligne droite allant du côté de l'épaule au pli axillaire à l'autre.
    Cdevant = 35,5cm /34,5cm   Je suis plutôt 2eme école donc je prends 34,5cm.

      ⊕ Carrure dos, là encore, deux écoles :
    - celle qui mesure horizontalement d'un pli axillaire dos à l'autre.
    - celle qui mesure horizontalement du milieu de la ligne allant du côté de l'épaule au pli axillaire à l'autre.
    C'est la plus difficile à prendre soi-même, la confirmation par un observateur extérieur est recommandée.
    Cdos = 35,5cm /35,5cm    Là le choix est plus simple.

      En taille de soutien-gorge, je fais un 90C parfaitement rempli, sans rien qui dépasse sur les côtés/le dessus ni qui soulève le milieu des armatures, avec une bande qui assure sa fonction de maintien sans scier le torse.

      2 - Concepts couramment admis dans l'attribution des tailles de soutien-gorge

      a) Une taille de soutien-gorge s'obtient en prenant et comparant les mesures de poitrine et de dessous de poitrine. Les différents systèmes (US, UK, AUS, FR, EU...) semblent manipuler les données différemment pour obtenir les tailles.
    * En France, on prend le Tdos, auquel on ajoute 15, et on arrondit cette somme au multiple de 5 le plus proche. Ainsi, un Tdos compris entre 73-77 se verra assigner une largeur de bande de 90, entre 78-82 ce sera 95 et ainsi de suite.   Tdos = 76 → bande taille 90
    * En Europe, même raisonnement sans ajouter les 15. Si Tdos est compris entre 73-77, la largeur de bande est de 75.   → bande taille 75
    * En UK/US ça devient amusant parce les explications des sites de lingerie sont assez variables. Finalement, c'est avec les sites de patrons de soutifs (Orange Lingerie, Make Bra...) que j'ai réussi à recouper les infos.
      - Prendre Tdos et convertir en inches.  Tdos =29,9 inches
      - Arrondir à l'unité la plus proche (unité inférieure si pile au milieu).  30 inches
      - Si le nombre obtenu est pair, ajouter 4. S'il est impair, ajouter 5. 34 inches → bande taille 34

    Bonnet blanc & white cup

    Résumé des équivalences de taille de bande selon les pays :

    Bonnet blanc & white cup

    Tableaux trouvés sur Quora, me souviens plus du sujet exact, toujours est-il que ce sont les plus cohérents parmi ceux compulsés.

      b) Une taille de bonnet de soutien-gorge s'obtient en comparant le tour de poitrine et le tour de dessous de poitrine :
    * En France et en Europe, les tailles de bonnet évoluent selon les fabricants par palier de 2cm (Wonderbra, Undiz, Etam, Livy, Aubade) à 3cm (Passionata, Darjeeling, Chantelle, Princesse Tam-Tam), en passant par 2,5 (Lejaby), le point fixe étant usuellement le 90B fixé à TP=90/Tdos=75.

        - évolution de 2 en 2cm :         - de 3 en 3cm :         
             AA : 11 +/- 3cm                       AA : 9 +/- 3cm
             A : 13 +/- 3cm                         A : 12 +/- 3cm
             B : 15 +/- 3cm                         B : 15 +/- 3cm
             C : 17 +/- 3cm                         C : 18 +/- 3cm
             D : 19 +/- 3cm                         D : 21 +/- 3cm
             E : 21 +/- 3cm                         E : 24 +/- 3cm
             F : 23 +/- 3cm                         F : 27 +/- 3cm     Etc.
      Prises au pied de la lettre, ces indications m'allouent d'abord un bonnet B, mais le C rentre aussi dans l'intervalle de possibilités.

    * En UK/US :
    C'est le même genre de calcul, avec une évolution par paliers de 2,5cm (inch oblige), selon le calcul "TP-Tbande" :
            A : 0cm   (2,5cm selon certains sites, et ainsi de suite)
            B : 2,5cm
            C : 5cm    
            D : 7,5cm    
            DD/E : 10cm   Etc.
    TP = 91cm ≈ 36 inches    36-34 = 2 inches = 5cm  -> bonnet C   (ou bonnet B selon les sites qui mettent le curseur 1 inch plus haut, cf image ci-dessous, à cliquer pour agrandir)

    Bonnet blanc & white cup (1/2)
    En ramenant le calcul à l'équivalence TP-Tdos:
           A : 11,5 +/- 3,5cm     (14 +/- 3,5 pour les autres sites, etc.)
           B : 14 +/- 3,5cm
           C : 16,5 +/- 3,5cm
           D : 19 +/- 3,5cm
           DD/E : 21,5 +/- 3,5cm  Etc.

     

    Appliquées à ma constitution, ces méthodes conduisent plutôt à une sous-estimation du bonnet; j'en profite donc pour insérer un tableau trouvé sur une page d'archive de Pattern School qui correspond mieux à mon cas et qui peut-être serait plus représentatif de la réalité quelque soit le pays, donc je pose ça là :

    Bonnet blanc & white cup (1/2)

    **********

      Vous suivez toujours ? Alors voici une petite digression qui achèvera de vous semer :

      Les pages abordant le système US/UK ont souvent tendance à faire calculer une taille littérale, qu'on peut ensuite convertir en la taille sœur qui nous va le mieux à l'essayage, une taille sœur correspondant à un bonnet de taille inférieure couplé à une bande de taille supérieure et vice-versa, l'armature restant alors de même dimension (cf. cet article qui détaille un peu la question).

      Par acquis de conscience, j'ai également utilisé le calculateur du groupe reddit r/ABraThaFits, qui a été développé pour appréhender de manière plus fine le besoin en prenant en compte des mesures annexes telles le tour de dos serré au max, ou le tour de poitrine mesuré penchée ou allongée.
    En entrant mes mensurations dans ce calculateur : 77/76/70/91/93/92, tadam ! La taille la plus indiquée pour moi serait un 30E UK, soit un 80F français. Ou en tailles sœurs un 85E ou un 90D.

    Bonnet blanc & white cup            Je. Bonnet blanc & white cup

              Mais.

             

              Hem.

     

     

     

        Ma curiosité pour le moins piquée, je suis allée chez Princesss Tam Tam essayer un joli modèle jaune en 90C et 85D.
    Verdict : en 90C RAS, en 85 D : un poil mieux côté maintien poitrine, mais alors le "muffin top" au dessus des aisselles dos même après avoir réglé les bretelles, c'est un non catégorique. Mon blaze c'est Vicomte de Boisjoly, pas Rosette de Lyon !

    **********

       Pour aider à affiner tout cela, vous pouvez aussi croiser les données avec le volume estimé de votre poitrine. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour la science ! Je la mesure à environ 470cc. Pour une largeur de bande de 34, je tombe bien sur un bonnet C.

    Bonnet blanc & white cup

    Source

    **********

      Voici venu le moment tant attendu des questions à l'assemblée. Afin d'ajuster ma vision de la réalité, et donc mon barème de taille et les conseils que je serai amenée à prodiguer sur les ajustements, j'ai besoin de vous connaître davantage, d'autant plus si vous avez déjà utilisé un de mes patrons.
    En effet, je modélise pour un bonnet B, sauf que dans mon barème et sur mon mannequin, ce bonnet B correspond à un écart TP-Tdos = 13 et TP-TBsup = 2.
      * Avez-vous trouvé votre taille de soutien-gorge ? Celle-ci varie-t-elle fréquemment en fonction de vos fluctuations de poids ? Celle-ci varie-t-elle beaucoup en fonction des marques ?
      * Quelles sont vos mensurations (au moins TP, Tdos et TBsup, voire carrure devant et dos), et votre taille de soutien-gorge actuelle ?
      * Rencontrez-vous souvent des problèmes d'inadéquation entre le seyant de la carrure/épaules et celui de la poitrine sur les vêtements que vous vous cousez ?
      * Avez-vous déjà utilisé la méthode du high bust telle que présentée sur les sources couture anglophones (ex : ici ou ), et étiez-vous convaincues par le résultat ? (j'aborderai cette question dans le prochain article)
      * Avez-vous déjà du ajuster la poitrine d'un de mes patrons alors que vous faites un bonnet B (ou à l'inverse, trouver le résultat bon tel quel alors que vous ne faites pas un bonnet B)
    ?

      Si les commentaires vous intimident, vous pouvez aussi m'écrire un petit mail. Je vous remercie pour votre participation, car sans données réelles, ce conglomérat de réflexions tend à rester stérile.


    45 commentaires
  •   Le défi de l'année étant d'aboutir à rien de moins qu'un pantalon droit de base irréprochable, je vous propose un tour des internettes chez celles qui se sont déjà frottées au sujet pour s'ouvrir l'appétit avant de démarrer le chantier. Peut-être y trouverez-vous une source de motivation, voire y rencontrerez la révélation sur votre vraie nature.

      Commençons par une tournée de ressources gratuites sur les différents types d'ajustements :

      En français, les principaux sont abordés pour le jean stretch Safran de Deer & Doe : avant du pantalon, arrière du pantalon, jambes et genoux.
    Artesane propose également un article sur Modifier la fourche d'un pantalon.

      En anglais, Closet Case Files a rédigé un billet sur les adaptations sur un jean, et en a également concocté un plus général sur l'ajustement d'un pantalon, les deux étant disponibles sous forme d'e-book téléchargeable gratuitement.
      True Bias aborde les plis au pubis selon la direction dans laquelle partent les plis à l'occasion de son pantalon Lander.
      Ce billet de Cation Designs donne également des pistes générales intéressantes. Celui-ci présente le résultat d'un pantalon droit adapté à sa morphologie, et ce dernier des considération générales à l'issue de cette quête du pantalon de base.
      Il y a un peu de miam indémodable dans le Fashion Incubator : par exemple la façon de remédier à un camel toe

      Un schéma synthétique issu du livre Pants For Real People. On trouve d'ailleurs beaucoup de scans de livres dans diverses langues abordant ce sujet sur Pinterest, je pense que vous n'avez pas besoin de moi pour trouver le chemin de la perdition...

    **********

      Maintenant, promenons-nous parmi quelques cas particuliers

      Chez les anglichophones  :
      - chez So, Zo... avec un jeggings.
      - Tasha de By Gum By Golly part de loin, et ça n'en n'est que plus intéressant : un Ginger ici, avec sa confection détaillée, et un pantalon ajusté là.
      - Cashmerette ajuste le Ginger.
      - Lladybird semble avoir trouvé sa voie.
      - Infectious Stitches a fait un gros travail sur des toiles de jean : 2ème essai, 3ème, 4ème.
      - Lisa G. et son jean Jalie 2908.
      - Allspice Abound et son Alpi chino (Named).
      - SunnyGal Studio et son Long Butt Adjustment sur le pantalon Vogue 9032.

      Sur la blogo francophone :
      - Nabel se cherche avec différents modèles  : Safran, Portjean Ottobre 05/2017, Ginger...
      - Sandra de My Handmade Closet a fait quatre versions du Ginger (1, 23 et 4), et un Safran.

     

      Et vous, vous êtes-vous trouvé des alter-culs sur la Toile ? Avez-vous suivi des aventures de fourches qui mériteraient d'être partagées ?


    11 commentaires
  •   Avec l’introduction sur ce blog du système me permettant de recevoir des dons, je me suis dernièrement retrouvée à mettre à jour mes connaissances sur la règlementation actuelle en matière de vente en ligne d’objets « faits main ». On se retrouve en effet fréquemment face à la question de la nécessité ou non d’acquérir un statut professionnel (et donc de remplir les formalités et payer les charges afférentes) dès lors que l’on ne vend que quelques objets par an, de manière sporadique.

      Le document Revenus tirés des plateformes de vente en ligne ou d’activités non salariées : que faut-il déclarer ? Comment ? édité en février 2017 par le Ministère des Finances pour aider les citoyens français à y voir plus clair est sans ambigüité (cf p.16 et le cas de Martine qui vend des coussins qu’elle confectionne p.18) : dès lors que des objets sont fabriqués afin d’être vendus, un statut professionnel est requis, peu importe sa forme juridique (micro-entreprise, EURL...). La question des revenus est rapidement évacuée : professionnel ou particulier, il faut les déclarer quoiqu’il en soit, le régime d'imposition variant selon les cas.

      Voilà pour l'état actuel de la législation. Pourtant, l'essor des relations commerciales entre particuliers permises par les plateformes en ligne met en évidence de nombreuses zones d'ombres et soulève autant de points de discussion détaillés dans ce rapport d'information du Sénat enregistré en mars 2017 : La fiscalité de l'économie collaborative : un besoin de simplicité, d'unité et d'équité, qui est un état des lieux de l'inadaptation des règles fiscales et sociales à la situation actuelle. Son avant-propos précise :

    "Toutes ces règles ont été conçues dans un monde d'échanges « physiques », celui des vide-greniers, des brocantes dominicales et des petits services entre voisins. S'agissant des échanges entre particuliers, elles n'étaient pas remises en cause... tout simplement parce qu'elles n'étaient pas appliquées. La faiblesse des enjeux répondait à celle des moyens de contrôle.

    Alors que ces échanges sont devenus massifs, standardisés et souvent traçables à l'euro près, il n'est plus possible de « ne pas poser la question ». Si les règles étaient appliquées, elles décourageraient de nombreux particuliers et condamneraient largement l'économie du partage et son écosystème. D'un autre côté, comme elles ne sont pas appliquées, elles permettent de nombreux abus, avec de « faux particuliers » qui échappent à leurs obligations fiscales et sociales, causant à la fois une distorsion de concurrence et une perte de recettes publiques.

    Le groupe de travail de la commission des finances du Sénat sur la fiscalité du numérique, dont la composition est pluraliste et le fonctionnement collégial, a présenté le 29 mars 2017 une proposition de loi visant à instituer un régime fiscal et social simple, unifié et équitable pour l'économie collaborative1(*). Celui-ci serait fondé sur un seuil unique de 3 000 euros par an, connu de tous.

    En matière fiscale, il permettrait une exonération des petits revenus complémentaires et accessoires perçus via des plateformes, et serait dégressif pour les revenus supérieurs, de sorte que toute personne percevant un revenu significatif serait traitée strictement à égalité avec les professionnels du monde « physique ».

    En matière sociale, le seuil de 3 000 euros permettrait enfin de distinguer clairement un particulier d'un professionnel : sous ce seuil, il ne serait jamais obligatoire de s'affilier à la sécurité sociale en tant que travailleur indépendant. La Belgique et le Royaume-Uni ont aussi choisi la simplicité d'un système fondé sur des seuils.

    En contrepartie de ces avantages, l'utilisateur devrait accepter que la plateforme déclare ses revenus à l'administration fiscale : ce n'est pas seulement un moyen d'assurer l'équité de traitement entre tous les contribuables, c'est aussi un service et un allégement des démarches. Ce système existe en Estonie, où il rencontre un grand succès."    [...]

    "De façon tout aussi constante, le groupe de travail estime qu'il existe bien une raison de faire évoluer les règles applicables aux revenus tirés par les particuliers de leurs activités accessoires et occasionnelles, ou à tout le moins à celles qu'ils exercent via des plateformes en ligne, parce que ces règles anciennes et complexes ne sont pas adaptées aux échanges entre particuliers sur Internet, qui sont sans commune mesure avec ceux du monde « physique », par leur ampleur, leurs modalités et leurs participants. Dès lors :

    elles ne sont donc pas appliquées, ce qui permet à certaines personnes de percevoir des revenus substantiels, tout en échappant à leurs obligations fiscales et sociales, ce qui constitue une concurrence déloyale à l'égard des autres professionnels ;

    si elles étaient appliquées dans toute leur rigueur, ce qui n'est pas le cas, elles placeraient au contraire de très nombreux particuliers dans une position inconfortable, notamment des personnes éloignées de l'emploi, des personnes à faibles revenus ou encore de simples amateurs ou passionnés, et condamneraient tout simplement le modèle économique de très nombreuses plateformes collaboratives."   [...]

    "Face aux nouvelles formes d'échanges marchands permises par les plateformes en ligne, les outils traditionnels de l'administration fiscale apparaissent inadaptés.

    Ses moyens, en effet, reposent sur le contrôle fiscal a posteriori, qui a du sens lorsqu'il s'agit de cibler un petit nombre de contribuables à fort enjeu, mais qui perd largement son efficacité dès lors qu'il s'agit de contrôler une multitude de contribuables, représentant chacun un enjeu modeste, mais collectivement important. Ceci dit, dans le cas des échanges entre particuliers sur des plateformes collaboratives, les pertes de recettes fiscales ne sont sans doute pas aussi importantes que dans le cas des petits vendeurs professionnels présents sur des places de marchés virtuelles (marketplaces), issus notamment de pays tiers, qui échappent largement à l'impôt sur les sociétés et à la TVA45(*). De surcroît, les caractéristiques mêmes de l'économie numérique compliquent la tâche : utilisation de pseudonymes, changement d'adresse électronique, présence sur de multiples plateformes etc.

    Principal outil du contrôle fiscal, le droit de communication, prévu à l'article L. 81 du livre des procédures fiscales (LPF), permet aux agents de l'administration d'obtenir les informations nécessaires auprès des tiers. D'une manière générale, celui-ci est exercée à l'égard des employeurs, des clients, des fournisseurs, ou encore des établissements teneurs de comptes etc. Dans l'économie collaborative, il a vocation à être exercé auprès des plateformes et des intermédiaires de paiement. Il souffre toutefois de deux faiblesses majeures :

    d'une part, il suppose au moins de connaître a priori l'identité de la personne visée, et si possible la question à poser, ce qui est par définition difficile dans le cadre de l'économie numérique ;

    d'autre part, il n'a pas de portée extraterritoriale, et s'expose donc à une fin de non-revoir de la part des plateformes situées à l'étranger."

     
      Cette proposition d'abattement forfaitaire de 3000 euros bruts annuels a été examinée par la commission des finances de l'Assemblée Nationale en octobre 2017 dans le cadre du projet de loi de finances pour 2018, et a finalement été rejetée. Le contenu de la discussion ayant abouti à ce rejet se situe à la moitié du rapport de séance. Le motif principal est que cela créerait une rupture d'égalité entre le professionnel qui paye des taxes dès le 1er euro, et le particulier qui aurait le choix de ne pas le faire jusqu'à 3000 euros de revenus. Il est souligné que le régime simplifié du micro-entrepeneur a déjà été créé à cette fin. La restriction au domaine de l'économie collaborative est critiquée. On craint également de voir les gens créer des montages afin de rester sous ce plafond. Il est suggéré que pourtant, ce seuil aurait une vertu incitative à la déclaration pour le particulier qui le dépasserait : ce dernier hésiterait moins à s'acquitter de ses devoirs relatifs à un revenu de cette importance que pour des clopinettes. Ce seuil serait également suffisamment bas pour lutter contre la concurrence déloyale.

      Pour ma part j'ai appris un truc au détour de ce débat : si "il n'est évidemment pas, juridiquement, de la responsabilité des plateformes de s'assurer in fine du respect par les utilisateurs de leurs obligations fiscales", depuis le 1er juillet 2016 :

    I. - Les entreprises, quel que soit leur lieu d'établissement, qui mettent en relation à distance, par voie électronique, des personnes en vue de la vente d'un bien, de la fourniture d'un service ou de l'échange ou du partage d'un bien ou d'un service sont tenues de fournir, à l'occasion de chaque transaction, une information loyale, claire et transparente sur les obligations fiscales et sociales qui incombent aux personnes qui réalisent des transactions commerciales par leur intermédiaire. Elles peuvent utiliser, dans ce but, les éléments d'information mis à leur disposition par les autorités compétentes de l'État. Elles sont également tenues de mettre à disposition un lien électronique vers les sites des administrations permettant de se conformer, le cas échéant, à ces obligations.

    II. - Les entreprises mentionnées au I adressent, en outre, à leurs utilisateurs, en janvier de chaque année, un document récapitulant le montant brut des transactions dont elles ont connaissance et qu'ils ont perçu, par leur intermédiaire, au cours de l'année précédente. (article 242 bis du code général des impôts).

    Une loi imposant aux plateformes de déclarer annuellement à l'administration fiscale les revenus perçus par leurs utilisateurs entrerait par ailleurs en application début 2019.

     
      Maintenant, si j'examine mon cas à la lumière de la loi, il m'est arrivé plusieurs fois cette année de fournir des services de couture offline à la demande de mon entourage contre rétribution. Si je ne vois pas d'inconvénient à déclarer ce modeste revenu qui doit se situer autour d'une centaine d'euros, j'en vois clairement un à devoir créer une micro-entreprise pour gérer cela : CFE + cotisations sociales + impôts sur le revenu excèderaient la somme gagnée... Partant de ce point de vue, et à la lecture du rapport du Sénat, le projet de fixer un seuil d'abattement me semble donc sensé, même si je trouve les 3000 euros (à peu près 2 SMIC bruts, ou 1/2 RSA annuel) proposés un poil élevés.

      Et vous, avez-vous un point de vue sur la question ? Avez-vous vécu le passage à une activité déclarée pour ce type de services/commerce occasionnel et l'avez-vous bien vécu ?


    7 commentaires
  •   Voici venu le temps de l'écrémage semestriel de l'Officiel consacré aux collections automne-hiver 2016. Comme à l'automne dernier, commençons par d'avenantes images d'ensembles monochrome-ou-presque avec toutes options de confort.

    Automne 2016

    Pringle Of Scotland / Vivienne Westwood / Joseph

      Confort, oui, mais de standing, avec ce bon vieux Ralph. Je prendrai tout, merci.

    Automne 2016

    Ralph Lauren3

      Le volant est toujours là, il a formé ses bataillons et sort maintenant en bande organisée :

    Automne 2016

    Sonia Rykiel (RIP) / Balmain / Roksanda

       Sans le sou ? En 2016, on retaillera ses pardessus en robes sans manche :

    Automne 2016

    Bottega Veneta / Michael Kors / Olympie Le-Tan

      Ou bien on casera les petits coupons dans des hauts courts, puisqu'en cette saison les nombrils sont bien couverts :

    Automne 2016

    Vivienne Westwood / Dsquared2 / Lanvin

      L'art du plein emploi des coupons de laine de 3 mètres n'est pas oublié :

    Automne 2016

    Costume National / Isabel Marant / Etro

      Il y aura des robes longues et racées pour se pavaner :

    Automne 2016

    Altuzarra / Christopher Kane / Blumarine

      ... ou des robes courtes et enlevées pour logis chauffés :

    Automne 2016

    Diane von Furstenberg / Christopher Kane / Maison Margiela

      Et pour finir, un peu d'inspiration pour le premier projet automnal prévu : un caban écossais.

    Automne 2016

    Creatures of Confort / Bottega Veneta / Vivienne Westwood

      Et vousse (oui, j'ai choppé l'accent toulousain, ça doit être le soleil), z'avez vus des trucs désirables (de lapin) sur les marches des chats ?


    16 commentaires
  •   Il faisait un temps parfait hier pour se plonger dans les visuels des défilés pour cet automne-hiver 2015. Passé le sentiment d'étrangeté devant cette armada de corps qu'on croirait avoir été étirés comme du chewing-gum, on peut se concentrer sur le vêtement. Sélection de quelques silhouettes qui m'ont plu.

    Monochrome ou presque:

    La rentrée des classes

     Ermanno Scervino / Michael Kors / Vivienne Westwood

    La petite robe noire:

    La rentrée des classes

    Chloé / Saint Laurent / Vivienne Westwood (hooo... un mannequin taille normale)

    Manteaux:

    La rentrée des classes

    Burberry Prorsum / Michael Kors / Topshop Unique

    Robe vaporeuse:

    La rentrée des classes

    Longchamp / Philosophy di Lorenzo Serafini / Lanvin

      Cela fait longtemps que j'aimerais en faire une qui ait à peu près la forme de la première, pour cet automne peut-être ?

    Quelques cols notables:

    La rentrée des classes

    Comme des garçons Comme des garçons / Emporio Armani / Julien David

      Et le coup de cœur de la saison revient à Anna Sui avec un vestiaire court et luxuriant (paraît que l'inspiration c'était "Viking", bon, s'tuveux), que j'ai trouvé moins criard que d'habitude.

    La rentrée des classes

    Anna Sui3

      Non mais cette première tenue : ahouuuuuuuuuu !!!
    AHOUUUUUUU  !!

      C'est le mot de la fin.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique